En 2009, une personne (ou un groupe de personnes) agissant sous le pseudonyme Satoshi Nakamoto a écrit un livre blanc dans lequel il était question de créer un « nouveau système de monnaie électronique ». La principale caractéristique de ce système est l’absence d’une autorité centrale ou d’un serveur pour le contrôler. De ce fait, Bitcoin est complètement décentralisé – il n’y a pas d’institution financière (une banque, par exemple) ou d’autorité publique en charge. C’est la différence fondamentale entre cette monnaie numérique et la monnaie standard émise par les gouvernements.

Les créateurs de la plus grande monnaie numérique actuelle se sont intéressés à la problématique de la double dépense qui est une caractéristique (que certains qualifient même de bug) de la monnaie traditionnelle. Ainsi, un fraudeur a la possibilité de se servir de la faille potentielle du système de transactions en espèces numériques pour dépenser le même montant plus d’une fois. Comme les données relatives à toutes les transactions sont contrôlées par une autorité centrale et enregistrées dans une base de données centralisée, cette dernière est vulnérable aux tentatives de fraude.

En revanche, Bitcoin utilise la technologie de pair à pair (blockchain). Cela signifie que lorsque quelqu’un souhaite envoyer de l’argent ou acheter des biens et services, tous les membres du réseau décentralisé de Bitcoin reçoivent une copie de cette transaction. Tous les membres du réseau doivent vérifier la transaction pour qu’elle soit approuvée. Ainsi, le réseau Bitcoin repose sur un principe de consensus et élimine la possibilité de fraude.

Alors, comment les transactions sont-elles vérifiées par le réseau Bitcoin ? Pour enregistrer ces transactions dans un registre numérique, qui est la consignation de toutes les transactions déjà effectuées, les membres du réseau utilisent du matériel et des logiciels dédiés toujours plus puissants. On parle alors de minage, et les enregistrements des transactions sont appelés  » blocs « . Pour relier un nouveau bloc à la séquence de blocs existante, il faut que des milliers de mineurs déploient leur capacité de calcul simultanément.

En lisant ceci, les lecteurs qui ne sont pas familiers avec le sujet se demandent probablement comment et où stocker leur bitcoin. Il existe un grand nombre de plateformes d’échange de devises numériques comme Kriptomat, qui permettent d’acheter, de vendre et de stocker des Bitcoin. Son stockage est assuré par des portefeuilles numériques, qui ne contiennent pas de bitcoins proprement dits, mais plutôt la clé privée qui permet d’accéder aux fonds numériques, ainsi que la clé publique qui est l’adresse du membre au sein du réseau. Le graphique ci-dessous présente les portefeuilles Bitcoin de manière illustrée.

L’un des principaux avantages de Bitcoin est que vous pouvez l’utiliser pour effectuer un paiement quelque soit votre pays de résidence. Cet article vous permettra de mieux comprendre comment et où vous pouvez dépenser vos Bitcoins. Il faut souligner que le nombre maximum de bitcoins qui seront émis est fixé à 21 millions, et on estime que le dernier sera créé en octobre 2140 ! Aujourd’hui, Bitcoin est la crypto-monnaie la plus importante et la plus populaire, et il est indéniable que cette technologie aura un impact majeur sur l’économie mondiale.

Infographic-sto-je-Bitcoin
N’hésitez pas à utiliser les liens ci-dessous si vous souhaitez partager l’infographie sur votre social média ou votre site Web.

REMARQUE

Le texte est informatif et ne compte pas comme une recommandation d’investissement. Il n’exprime pas l’opinion personnelle de l’auteur ou du service. Tout investissement ou négociation est risqué, les rendements passés ne sont pas une garantie pour les rendements futurs – risquez uniquement les actifs que vous êtes prêt à perdre.