Buy our security tokens and earn a share of future revenues and profits.Learn more

Vous êtes intéressé par les crypto-monnaies, mais n’avez jamais encore approfondi le sujet ? N’ayez craintes, nous vous expliquons toutes les bases nécessaires pour vous aider à mieux comprendre les crypto-monnaies.

Nous commencerons par des notions de base sur la définition des crypto-monnaies, puis nous fragmenterons le sujet afin d’en tirer des informations facilement compréhensibles. Nous serons amenés à clarifier des concepts tels que les monnaies numériques, la blockchain, la décentralisation, la cryptographie.

TABLE DES MATIÈRES

Qu’est-ce qu’une crypto-monnaie ?

Tout d’abord, répondons à cette question fondamentale par une explication plus générale.

Les crypto-monnaies sont des monnaies numériques (ou virtuelles) qui utilisent la cryptographie, une technique de communication sécurisée (chiffrée ou ”cryptée”). En raison de cette fonction de sécurité, la plupart des crypto-monnaies sont pratiquement impossibles à falsifier, bien que leur sécurité dépende également de plusieurs autres facteurs.

La plupart des crypto-monnaies sont des systèmes décentralisés basés sur la technologie de la blockchain. C’est un registre public de transactions, qui est géré et mis à jour par des milliers de personnes (mineurs) du monde entier. Toutes les transactions sont anonymes mais sont accessibles au public.

Dans le paragraphe ci-dessus, nous avons énuméré un certain nombre de termes que vous ne connaissez peut-être pas encore. Nous les expliquerons plus en détails dans les chapitres suivants.

 

Crypto-monnaies : Qu’est-ce qu’une monnaie

virtuelle ?

Les crypto-monnaies sont des monnaies virtuelles/numériques. Ils n’existent que sur des ordinateurs, car il n’y a pas de billets de banque ou de pièces de monnaie tangibles dans le système.

L’argent virtuel peut être soit centralisé, où il existera un point central de contrôle de la masse monétaire, soit décentralisé, où le contrôle de la masse monétaire peut provenir de différentes sources. Les crypto-monnaies appartiennent à la deuxième catégorie.

 

Crypto-monnaies : En quoi consiste la cryptographie ?

Les crypto-monnaies sont utilisées pour convertir les données d’une transaction. L’un des appareils les plus connus pour la communication cryptographique est Enigma, utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Mais Enigma avait une faille, c’est pourquoi les Alliés ont réussi à trouver une solution pour en décoder les messages, alors que la cryptographie utilisée dans les crypto-monnaies reste indéchiffrable. Du moins pour le moment et pour un certain temps encore, à moins d’un bond imprévu de la puissance de calcul. Les ordinateurs quantiques sont souvent cités en tant que candidats possibles pouvant perturber la cryptographie moderne, mais ils sont encore très expérimentaux.

Cela pourrait aussi s’appeler la cryptographie de clés publiques et privées. Cette technologie permet l’identification d’une paire de clés cryptographiques: une clé privée et une clé publique.

 

Crypto-monnaies : La décentralisation, qu’est-ce que c’est ?

Les crypto-monnaies sont décentralisées car les systèmes fonctionnent sans banque centrale ni administrateur unique. La valeur et l’offre de cette monnaie numérique sont régies par les utilisateurs eux-mêmes. En un sens, c’est une monnaie qui appartient vraiment au peuple.

Pour comprendre le fonctionnement de Bitcoin, il est essentiel de comprendre ce qu’est un réseau décentralisé. Le concept de décentralisation a déjà été décrit ci-dessus, mais nous pouvons l’examiner d’un autre point de vue. Lorsque vous visitez votre navigateur Web et que vous entrez «www.google.com», votre ordinateur entame une conversation avec les serveurs Google. Le navigateur vous montre alors divers résultats de recherche. Si les serveurs de Google n’étaient pas disponibles pour une raison quelconque, vous ne pourriez pas voir ces résultats. En effet, les données sont stockées dans un réseau centralisé.

Dans un réseau décentralisé, nous pouvons éviter de tels problèmes.

La caractéristique fondamentale d’une crypto-monnaie est qu’elle n’est émise par aucune autorité centrale, ce qui la rend théoriquement à l’abri des ingérences ou des manipulations du gouvernement.

 

Crypto-monnaies : Qu’est-ce qu’une blockchain ?

Une blockchain (littéralement : chaîne de blocs) est une technologie qui peut s’apparenter à un grand livre comptable distribué qui est à la fois transparent et immuable. Ce livre enregistre publiquement toutes les données des transactions. Pour qu’une transaction y soit enregistrée, la majorité du réseau doit établir un consensus. Si tel est le cas, le réseau s’accorde sur la validité de la transaction.

Illustrons cela avec un exemple. Avez-vous déjà envoyé un fichier numérique (par exemple, la photo d’un voyage) à votre ami ou à votre famille par courrier électronique? Dans ce cas, vous avez forcément créé une copie numérique du fichier. On peut alors facilement imaginer que ce serait une mauvaise chose s’il en était ainsi avec le cas des monnaies numériques.

La nature même des fichiers numériques est telle qu’il n’est pas difficile de les dupliquer indéfiniment. Les cinéastes et les musiciens sont confrontés à ce problème depuis l’avènement d’Internet et de la technologie peer-to-peer.

Dans le monde financier, cette question de duplication est appelée Problème de double-dépense. Comment éliminez-vous la possibilité de créer de l’argent neuf à partir de rien?

C’est là que la technologie de la blockchain entre en jeu car elle permet la distribution au lieu de la duplication.

Nous en avons discuté plus en détail dans notre article sur la technologie blockchain.

La blockchain est donc une solution au problème de double dépense car les transactions ne peuvent pas être dupliquées, ce qui empêche la création de nouvelles unités de monnaie à partir de rien.

 

Crypto-monnaies : En quoi consiste le mining ?

Le mining (ou minage) est un système de consensus distribué. Lorsqu’une personne souhaite effectuer une transaction, tous les membres du réseau décentralisé reçoivent une copie de cette transaction. Tous les membres du réseau doivent confirmer cette transaction, ce qui réduit voire élimine la possibilité de fraude.

De nombreuses personnes à travers le monde participent à la maintenance du réseau. Le mining est un terme désignant la validation des transactions qui attendent d’être incluses dans la blockchain.

C’est ainsi que les transactions sont réalisées dans la blockchain, par ordre chronologique. Pour être confirmée, la transaction doit être greffée dans un bloc, qui doit être conforme à des règles cryptographiques strictes, vérifiées et validées par les mineurs du réseau. Aucune autorité gouvernementale centralisée n’est impliquée dans le processus. C’est ainsi que la neutralité du réseau Bitcoin est protégée.

A titre de comparaison, dans le système de monnaie électronique traditionnel, lorsque vous effectuez un paiement par carte, l’émetteur (comme MasterCard) doit vérifier et enregistrer la transaction.

Le processus de création de nouvelles crypto-monnaies s’appelle le mining (“minage” ou exploitation minière), car il présente de nombreux parallèles avec l’exploitation de l’or. Dans les deux cas, il faut investir beaucoup de travail et d’énergie pour produire une unité qui a une certaine valeur.

Par conséquent, les mineurs de Bitcoin créent en réalité de nouveaux Bitcoins, récompensant leur mise à disposition de grandes quantités de puissance de calcul destinée à la maintenance et la protection du réseau !

 

Comment utiliser et stocker des crypto-monnaies ?

Les crypto-monnaies n’existent que sous forme numérique, vous pouvez donc penser que ce système de paiement fonctionne de la même manière que les cartes de crédit ou de débit. À première vue, cela peut sembler vrai, mais les choses fonctionnent assez différemment en arrière-plan.

Les crypto-monnaies n’existent que dans la blockchain et les utilisateurs accèdent à leurs pièces avec les fameuses clés publiques et privées. Les crypto-monnaies ne sont pas stockées à un seul endroit sous la forme d’un fichier (plus de détails dans la section « Qu’est-ce qu’une blockchain »).

Vous pouvez imaginer que les crypto-monnaies fonctionnent comme le courrier électronique. Pour recevoir un email, vous devez d’abord communiquer votre adresse email. Il en va de même pour les crypto-monnaies, vous devez communiquer votre clé publique (l’adresse de votre portefeuille).

Vous devez connaître votre mot de passe si vous souhaitez accéder à vos emails. Il en va de même pour les crypto-monnaies, vous devez connaître votre clé privée.

Le wallet crypto (ou portefeuille) est toujours composé de deux parties. La première partie est l’adresse publique du portefeuille, que vous pouvez partager avec d’autres personnes sans vous inquiéter. La deuxième partie est une clé privée que vous ne devez jamais révéler.

La clé privée est utilisée pour chiffrer les transactions, tandis que la clé publique sert à les déchiffrer. Par conséquent, il est essentiel que la clé privée reste toujours sécurisée et c’est pourquoi il est légitime de penser que quiconque a accès à une clé privée est assurément le propriétaire du portefeuille. La clé publique est destinée à être partagée avec des tiers et annonce que vous êtes le propriétaire de l’adresse.

Vous pouvez donc partager des clés publiques avec d’autres personnes, alors que votre clé privée doit rester en toute sécurité en votre possession..

 

Un bref historique des crypto-monnaies

Résumons donc l’histoire des crypto-monnaies. Elle est étroitement liée au développement de Bitcoin, car il s’agissait de la première véritable crypto-monnaie mondiale.

 

(-2008) Les années avant Bitcoin

Dans les années précédant la création de Bitcoin, il existait de nombreux exemples prototypiques de monnaies numériques en ligne, mais aucun n’a réussi à s’établir sérieusement. B-Money et Bit Gold sont deux exemples de ces devises. Elles ont été conçues mais ne sont jamais complètement sorties du stade de développement.

 

(2008) Satoshi Nakamoto et Bitcoin

En août 2008, le nom de domaine Internet bitcoin.org a été enregistré avec la page d’accueil de la plus célèbre crypto-monnaie. Le 31 octobre de la même année, une personne ou une organisation sous le pseudonyme de Satoshi Nakamoto a publié un article scientifique intitulé Bitcoin: A Peer-to-Peer Electronic Cash System.

L’article présentait le concept de la technologie de la blockchain, et Bitcoin est décrit comme une ressource numérique et un système dit open source. Cela signifie que personne ne le possède et que tout le monde peut participer à son utilisation et à son développement.

À ce jour, personne ne sait qui est Satoshi Nakamoto, son identité a par ailleurs inspirée de nombreux mythes et théories du complot. La probabilité la plus élevée est que son identité restera toujours inconnue.

 

(2009) Les débuts du mining

Au début de 2009, le logiciel Bitcoin est devenu disponible au public pour la première fois et Satoshi Nakamoto a miné les 50 premiers Bitcoins, marquant ainsi le début de l’histoire du minage cryptographique. À cette époque, seule une petite équipe de programmeurs et d’enthousiastes participent au développement, et peu d’entre eux pensaient qu’il s’agissait d’une technologie révolutionnaire.

 

(2010) Les premières transactions réussies

Au cours de la première année de son existence, il était difficile d’attribuer une valeur réelle à Bitcoin, car il n’était pas échangé à plus grande échelle. Le développeur Gavin Andresen, par exemple, a acheté 10 000 Bitcoins pour 50 USD et a créé un site Web appelé Bitcoin Faucet, où il faisait littéralement des dons de Bitcoin pour le plaisir.

Le cas le plus célèbre de cette époque provient de Laszlo Hanyecz, un développeur qui a acheté deux pizzas pour 10 000 Bitcoins. Elle est considérée comme la toute première transaction en crypto-monnaie. Au prix fort de Bitcoin, ces deux pizzas valent bien plus de 100 millions de dollars. Mais Laszlo n’a jamais regretté sa décision, estimant qu’il s’agissait d’une étape cruciale dans la croissance de l’écosystème des crypto-monnaies.

En décembre 2010, Satoshi Nakamoto a publié son dernier message public sur le forum en ligne populaire appelé bitcointalk. Il y écrivit quelques détails mineurs sur la dernière version du logiciel. Par la suite, il est resté en contact avec certains programmeurs par courrier électronique, mais il n’existe aucune trace de lui après avril 2011. Il est très probable que son identité restera à jamais un mystère.

 

(2011) L’émergence de nouvelles crypto-monnaies

Sur la base de la technologie révolutionnaire de Bitcoin et de son succès relatif, l’idée des monnaies décentralisées a lentement commencé à gagner du terrain. En conséquence, les premières crypto-monnaies alternatives ont commencé à apparaître. Nous les appelons altcoins.

La plupart d’entre eux tentent d’améliorer le protocole Bitcoin original avec des fonctionnalités telles que la vitesse accrue, l’anonymat, etc. Litecoin était l’un des premiers altcoins, raison pour laquelle il est assimilé à de l’argent numérique alors que Bitcoin est surnommé l’or numérique . À l’heure actuelle, il existe des milliers de crypto-monnaies.

 

(2013) La première grande bulle

En janvier 2013, le prix de Bitcoin a dépassé les 1 000 dollars pour la toute première fois. Il s’agissait d’une étape importante dans son histoire, même si le prix avait chuté rapidement par la suite, puis avait stagné pendant environ deux ans avant de parvenir à atteindre un sommet sans précédent.

Certaines personnes ont subi de lourdes pertes au cours de cette période et cela a causé beaucoup de pression négative sur Bitcoin. Même dans ce cas, toute publicité est bonne à prendre, car par la suite, les crypto-monnaies sont apparues sur les radars des principaux médias et du grand public.

Les crypto-monnaies ont commencé à naître, mais on ne savait toujours pas si elles allaient survivre. Beaucoup de projets ne l’ont pas fait.

 

(2014) Mt. Gox et autres péripéties

En janvier 2014, la plus grande plateforme d’échange de Bitcoin Mt. Gox a été piratée. Elle a succombé au vol d’environ 850 000 Bitcoins ! On ne sait toujours pas qui était responsable du vol connu comme le plus important de l’histoire de Bitcoin.

Les crypto-monnaies sont basées sur l’anonymat et la décentralisation. Il n’est donc pas surprenant qu’elles soient très attrayantes pour les criminels. Les personnes douées sur le plan technique peuvent facilement dissimuler leurs traces.

En novembre 2014, le monde des crypto-monnaies était en proie à de mauvaises nouvelles, puisque Ross Ulbricht, le fondateur du site Web Silk Road, avait été condamné à la réclusion à perpétuité. Les médicaments représentaient environ 70% de tous les produits vendus sur son site Web, et les transactions étaient possibles en Bitcoin. Beaucoup de gens pensent qu’Ulbricht a été faussement accusé parce que certaines des preuves invoquées à son encontre sont très controversées, et à ce jour il continue à se battre pour sa liberté.

 

(2015) Ethereum et le boom des altcoins

Le projet Ethereum a été lancé en 2015 et il est souvent cité comme la première implémentation réellement utile du système reposant sur l’idée de la blockchain de Bitcoin. Ethereum a introduit les contrats intelligents, un concept intéressant qui permet de mener des contrats transparents publiquement lorsque les transactions sont effectuées dans des conditions précises. La philosophie des contrats intelligents a engendré d’innombrables nouveaux jetons (nouvelles crypto-monnaies) construits sur le standard ERC20 et résidant sur la blockchain Ethereum.

 

(2016) Des projets ICO florissants

La popularité d’Ethereum a été marquée par l’émergence de projets qui ont acquis des fonds pour démarrer, et ce grâce à un financement participatif. Ce type de financement dans la sphère cryptographique est appelé Initial Coin Offering (ICO, ou offre initiale de pièces). Les gens achetaient ces pièces et jetons sur la base de la confiance qu’ils avaient dans le projet et de la conviction que les jetons virtuels gagneraient de la valeur lorsque le projet planifié sera réalisé.

Certains pays (comme la Chine et certains États américains) ont interdit de tels projets, ou du moins ils ont signalé que, dans certains cas, il pouvait s’agir de fraudes ou de schémas de Ponzi dissimulés comme des investissements légitimes.

 

(2017) Bitcoin atteint 20,000 USD

Le nombre de plates-formes d’échange et de trading disponibles au public a progressivement augmenté, facilitant ainsi l’achat et la vente de crypto-monnaies. De plus, les projets ICOs entraient dans leur période d’or.

Tout cela a contribué à la croissance rapide de l’écosystème. Cette jeune technologie promettait des profits énormes et la capitalisation boursière totale des crypto-monnaies (cryptomarket) dépassait 800 milliards de dollars au début de 2018. Pratiquement toutes les crypto-monnaies se vendaient comme des petits pains.

 

(2018) Retour à la réalité

Cette croissance était insoutenable, il était donc peu surprenant que la bulle éclate et que les prix commencent à baisser. Beaucoup de projets se sont effondrés car ils étaient trop ambitieux pour cette technologie à peine naissante. Mais gardez à l’esprit que les cycles volatils sont normaux pour un marché aussi jeune.

 

Conclusion

Le monde est de plus en plus numérique et interconnecté, et les crypto-monnaies jouent un rôle très intéressant dans tout cela. Le Bitcoin et les autres crypto-monnaies représentent l’un des futurs possibles de la monnaie. Certains prédisent que cela changera radicalement le système financier mondial.

Les crypto-monnaies ont clairement le potentiel de changer nos vies et de nous aider à reprendre le contrôle de nos fonds, en particulier pour les habitants des pays du tiers monde qui n’ont pas le même accès au système bancaire. Il existe de nombreux types de crypto-monnaie, et chacune d’entre elles promet des solutions uniques à différents problèmes.

Écrivez vos pensées ou formulez vos questions dans les commentaires ci-dessous !